Fête médiévale des Templiers

Il est 10 heures.. La compagnie Les derniers trouvères entraîne joyeusement  la parade costumée des Dames et Seigneurs de Châteaubernard vers le site où attendent exposants et marchands.
A l’entrée de la fête,  les premiers visiteurs découvrent la pièce Castrum Bernardi 2012

A 11 heures, tandis que l’échoppe du pain tourne plein bois,  celle de la brioche crie déjà presque famine….

A deux pas de là, le bourreau affûte sa hache et deux Templiers s’estrillent ferme sur le côté de la chapelle.
A senestre une fable médiévale divertit les uns pendant qu’ à l’intérieur l’architecture romane se dévoile aux autres.

A midi sonnant,  une horde de loups déferle sur le parvis, suivis de  fées et de sorcières pour une suite de trois ballets extraits du son et lumière Les yeux du Templier.

Sculpteurs, vitrailliste et forgeron accueillent un flux continu de promeneurs intéressés. Serge, l’arbalétrier, forme à la suite plusieurs dizaines d’apprentis pendant qu’ Halima la frappeuse de monnaie frappe monnaie et… imaginations !

Quatre nobles dames et seigneurs font franche repue à la table du sieur Jean-Pierre de l’Echassier sous les yeux affamés des pélerins des chemins de Saint-Jacques…

Les ateliers enfants ne désemplissent pas. Mention spéciale au chemin des croisades du chevalier Templier Stéphane qui recevra près de 500 enfants au cours de la journée.

Chez le talmenier de Terrignis, tous les sens sont sollicités: on observe l’artisan au travail, on écoute ses contes et ses chants, on malaxe la bonne pâte, on hume le parfum de sa cuisson et on goûte enfin avec délectation au pain juste sorti du four médiéval.

A la taverne du comité des fêtes, l’albergier Patrick et ses marmitons auront servi 450 repas à la fin de la journée. Un record absolu pour l’équipe !

A dextre, le campement Baucéant occupe presque tout l’espace avec sa calligraphie, son enluminure, son art culinaire et son haubergier, fabricant de cotte de maille.
A dextre toujours, le long de la chapelle, de nombreux enfants, ados et adultes mettent genou à terre pour se faire adouber. Ce n’est sans doute pas le grand frisson de leurs ancêtres du XIIIème siècle mais appareils photo et caméscopes ne chôment guère.

Ciel !  Plus de brioche…. Plus une seule feuilletée du moulin de Verteuil ni de briochée de la Fromentière de Cognac. Les gourmands en ont eu raison… Dame Isabelle vante son miel, Sieur Hugues son safran, Dame Pierrette sa moutarde, Dame Martine ses confitures et le sieur Arnaud ses jeux pour filllots et fillottes…

L’heure du goûter n’est pas encore passée que l’échoppe des gâteaux, proposés par les aînés, est dévalisée. « Vous prendrez bien un p’tit verre d’élixir à la place ? »

A 16 heures, la chapelle croule sous le nombre. Le concert des derniers trouvères commence…

Le sieur Marcotte et ses acolytes font sensation avec leur taverne à bestioles. Etonnés et ravis, petits et grands apprennent mille choses de la nature.

Attablés sous les arbres avec peinture et pinceaux, Dame Sylvie et ses petits assistants s’activent : à 19h la toile enluminée sera quasi terminée. A côté, chez Dame Sophie, ce sont des blasons que l’on décore bien consciencieusement.

Qui a entendu les propos du maître bâtisseur s’en souviendra longtemps… D’aucuns stationnent plus d’une heure devant la loge du Maistre, recueillant avec délice un enseignement ludique et passionnant.

Lorsque la belle heure de l’Angelus sonne, on aimerait pouvoir étirer le temps. Hélas aucun filtre magique pour cela. Il faut déjà songer à constituer la parade finale.

Un tour de chapelle plus tard, les derniers trouvères entraînent  dames et seigneurs, Templiers et paysans, moines et lépreux dans une ultime farandole…

Ces derniers jours,  les abords de la chapelle des Templiers ont connu des moments de grâce. Potion miraculeuse offerte par l’échoppe de nos aînés, peut-être l’élixir de bonté y fut-il pour quelque chose ?

Retour